A quoi sert le tech lead ?

La première bataille dans l’Arène a eu lieu avec cette question : Le tech lead est-il indispensable ?
Ce qui était un jeu au départ s’est révélé finalement beaucoup plus sérieux que prévu et il y a eu dans l’échange une matière très intéressante. Au final ce sont plus d’une centaine de votants et une soixantaine de commentaires.
De quoi faire un bel article de synthèse !

Continuer la lecture de « A quoi sert le tech lead ? »

Que la bataille commence !

L’Arène vient d’ouvrir ses portes avec un premier match.
L’Arène c’est un espace qui a été conçu avant tout pour se marrer.
Le concept est simple : je te pose une question, si possible bien clivante, histoire qu’on soit clair, et tu choisis ton camp.
Alors je sais, tu risques d’avoir envie de dire : oui, mais ça dépend.
Non, dans l’arène ça ne dépend pas. Arrête avec ton discours de consultant.
Tu es pour ou tu es contre.
C’est oui ou c’est non.
Et c’est pour ça que c’est drôle.
On sait bien que la vie est faite de nuances, de gris, de jaune, choisis ta couleur.
Mais là, l’idée c’est justement de s’amuser en envoyant des arguments.
Dans l’Arène, tu as le droit d’être de mauvaise fois, d’inventer des arguments, de dire ce que tu as sur le coeur, bref tu fais comme tu le sens.
La seule limite, c’est le respect.
Si j’estime que quelque chose dépasse les bornes, je corrigerai le tir.

Donc le concept : une question, tu votes.
Après, et c’est là la seconde partie du truc : tu choisis ton champion.
Là c’est très simple : pour chaque argument, tu as une flèche verte ou rouge.
En donnant des flèches vertes, tu fais monter dans le classement.
Les rouges, c’est l’inverse.
A la fin de la période de bataille, on désignera le camp vainqueur ainsi que son champion.

Ah oui, je n’avais pas précisé ça: les matchs sont à durée limitée.

La première bataille a déjà commencé il y a une heure !
Il y a déjà plusieurs votes !
La première question était : le tech lead est-il indispensable ?
Le camp du ‘Oui’ est déjà en train de prendre une légère avance.

Alors rejoins nous vite dans l’Arène.

Comment maximiser la valeur d’une app ?

3 variables impactent la valeur économique d’un projet d’application logicielle.

  • Flux de trésorerie entrant et sortant : c’est à dire l’argent qui entre et sort des caisses du projet. Plus il entre d’argent et moins il en sort pour le même résultat, et mieux c’est !
  • Taux d’intérêts : l’argent coûte de l’argent, que ce soit du capital, argent immobilisé, ou des taux d’intérêt, argent liquide.
  • Durée de vie du projet : plus le projet dure longtemps et plus on maximise le potentiel de revenus. Si tant est que les coûts restent raisonnables…
Valeur = Revenus - Dépenses

En partant d’une définition simple de la valeur créée comme étant la différence entre les produits et les coûts d’exploitation, on peut en déduire que pour maximiser la valeur, on peut chercher à :

Continuer la lecture de « Comment maximiser la valeur d’une app ? »

Adaptation continue avec Jean-Pierre Lambert

Le vivant s’adapte en permanence. Et les développeurs aussi.
On sait d’ailleurs qu’un budget alloué sera consommé.
Du coup, comment fixer un objectif qui soit à la fois réaliste et ambitieux ?
Comment le SCRUM répond à cet enjeux ?
Viens écouter mon échange avec JP.

SCRUM Life : http://www.youtube.com/channel/UCMCnZGIOeLVO65-LBxkkHyQ

Se former dans la maison des compagnons : https://maison.artisandeveloppeur.fr

Rejoindre la communauté des artisans développeurs :
https://artisandeveloppeur.fr

Coder son infra avec Christophe Chaudier

A partir du moment où tu considères ton infrastructure comme du code, cela pose forcement la question de comment est testé ce code… Et tu te doutes que cette question m’intéresse !
Du coup on en parle avec Christophe Chaudier ici :

Le site de Christophe : http://lydra.fr

Se former dans la maison des compagnons : https://maison.artisandeveloppeur.fr

Rejoindre la communauté des artisans développeurs :
https://artisandeveloppeur.fr

L’état de l’artisanat logiciel en 2018 avec Nicolas Verinaud

Cet été, Uncle Bob et Martin Fowler ont défrayé la chronique en faisant un état des lieux plutôt pessimiste de l’artisanat logiciel.
Que se passe-t-il ?
On en parle avec Nicolas Verinaud dans cet épisode :

A propos de Nicolas : https://www.linkedin.com/in/nicolas-verinaud-7829881a/

Se former dans la maison des compagnons : https://maison.artisandeveloppeur.fr

Rejoindre la communauté des artisans développeurs :
https://artisandeveloppeur.fr

Le paradoxe du code legacy

Le code legacy, c’est comme une grosse pelote de laine : quand tu commences à tirer un fil, tu as vite fait d’embarquer toute la pelote.

Tu t’en rends compte quand tu commences à utiliser du code quelque part et que l’air de rien, tu dois importer une classe… Et puis deux…
Et puis tu te rends compte qu’il en manque encore…
En quelques minutes c’est la moitié, ou plus, de l’application que tu embarques.

Continuer la lecture de « Le paradoxe du code legacy »

Travailler en Open Source avec Guillaume Vincent

Que ce soit chez Red Hat ou sur ses projets persos, Guillaume travaille au quotidien sur des projets Open Source.
Derrière le côté un peu peace and love, on trouve une réalité parfois dure.
Comment transformer les critiques en opportunité ?
Comment impliquer les gens pour partager le projet ?
C’est ce que nous raconte Guillaume en s’appuyant sur son expérience.

Twitter : https://twitter.com/guillaume20100

L’article de blog sur CasperJs : https://blog.humancoders.com/quand-lopen-source-mene-au-burn-out-2438/

Se former dans la maison des compagnons : https://maison.artisandeveloppeur.fr

Rejoindre la communauté des artisans développeurs :
https://artisandeveloppeur.fr

Un gastronome dans un restaurant de quartier, par Jean Pasqualini

Cette histoire fait le parallèle entre la cuisine et l’informatique, je laisse votre imagination vous amener à la morale de l’histoire.

Nous allons suivre Michel, un cuisinier d’exception qui a travaillé dans les plus grands restos à Paris. Il décide de déménager en province et trouve un boulot dans un petit restaurant de quartier.

Ce restaurant propose du steak frite, le goût n’est pas exceptionnel, les frites sont parfois trop cuites, le steak classique et le tout est industriel. Autant dire qu’on peut faire la même chose chez soi très facilement pour meilleur goût.

Pourtant il marche bien et les clients reviennent car il n’est pas cher, près de la gare et le service est rapide.

Continuer la lecture de « Un gastronome dans un restaurant de quartier, par Jean Pasqualini »